Association Culturelle Franco- Polonaise Ondaine-Loire
Association Culturelle Franco- Polonaise Ondaine-Loire

IMPORTANT :SUITE A UN CHANGEMENT D'ENVIRONNEMENT, DES TEXTES ENTACHES D'ANOMAIES, ET PLUSIEURS PHOTOS ONT DISPARU ? NOUS ALLONS TRES BIENTÔT Y REMEDIER.   ACCEPTEZ  NOS  EXCUSES

Notre histoire en quelques lignes

ORIGINE ET HISTOIRE DE LA COMMUNAUTE POLONAISE DE LA RICAMARIE

Dès la fin de la Première Guerre Mondiale de 1914-1918, afin de reconstruire le pays, la France a accueilli de nombreux émigrés venus de toute le l’Europe, et notamment des familles polonaises entières qui se sont installées pour la plupart autour des sites miniers pour l’exploitation du charbon. Cela a été le cas pour SAINT-ETIENNE et LA RICAMARIE, ces deux villes étant dotées des puits les plus importants : le puits Couriot, et le puits Pigeot. Pour La Ricamarie, les familles polonaises se sont, regroupées dans le quartier du Montcel, dès le début des années 1920. Petit à petit, le quartier se peuple d’émigrés, ils s’organisent un espace de vie en commun, avec école, épicerie, ils créent quelques animations afin de conserver les traditions de leur pays d’origine : Chorale, danses folkloriques, etc. En 1939, sous l’impulsion de plusieurs mineurs de fonds, ils ressentent le besoin de s’organiser sous la forme d’une communauté. C’est ainsi que l’idée aboutit à la création de :

« La Société des Mineurs Polonais sous la Protection de Sainte-Barbe »
Objet déclaré dans les statuts :
« Education morale et Entr’aide entre ses membres »
Siège déclaré : le Montcel, La Ricamarie.

La demande a été déposée et validée le 4 Août 1939 par la Préfecture de la Loire. L’arrêté ministériel d’autorisation de sa création est daté du 18 novembre 1939, récépissé de déclaration paru le 12 avril 1940. L’association regroupait 33 membres à sa création, présidée à son origine par Antoine TOMASZEWSKI, demeurant cité des Combes au Chambon Flles. Dès lors de sa création, et comme son nom pouvait le laisser supposer, la communauté gravitait autour de la Chapelle de l’hôpital du Montcel, occupée alors par les Sœurs de Saint-Vincent de Paul, qui soignaient les malades, et administrée par un prêtre polonais. Depuis cette période, la paroisse est toujours administrée par un Père polonais qui officie uniquement dans sa langue d’origine. Depuis une dizaine d’années seulement (en 2000), certaines prières sont dites en français, car du fait de leur intégration dans la population française, cela devenait nécessaire pour tous les fidèles autres que d’origine polonaise.Parmi les premières activités mises en place et structurées par l’association, il y a eu la création d’une Harmonie musicale, d’une Chorale d’adultes, et d’un groupe de danseurs : le K.S.M, uniquement composé de jeunes filles et jeunes garçons.

Mais le temps passe, et progressivement, beaucoup de polonais quittent le quartier, à cause de leur travail, à cause des enfants…… Le commerce est fermé, mais la chapelle reste. En effet, à la fin des années 1980, l’hôpital est démoli dans le cadre de la restructuration du quartier du Montcel, mais la communauté polonaise, encore très nombreuse, veut préserver sa chapelle. Alors, BRUNO BIELICKI, président de l’époque, et JEAN RABESCO, secrétaire et trésorier, sont venus rencontrer le maireFernand MONTAGNON, pour que cette chapelle soit épargnée. Heureusement, le maire accepta,  ils furent entendus !

Pendant une courte période, il avait été question de la céder, pour le franc symbolique, à la Mission Catholique Polonaise en France, dont le siège se trouve à Paris,  mais les instances ecclésiastiques parisiennes n’y étaient pas favorables. En 1990, Bruno et  Jean souhaitent alors rénover les vieux statuts. Ils donnent naissance à  l’A.C.P :   « Association Culturelle Polonaise (ACP) ».

Bruno BIELICKI  (Président de 1960 à 2001)

Sous l’impulsion de cette nouvelle restructuration, les animations culturelles deviennent de plus en plus actives, et participent au maintien des traditions et du folklore, avec :

– La Chorale, composée d’une quarantaine d’adultes, elle crée même des spectacles de scène qui sont produits à l’occasion des grandes fêtes : Pâques, Noël, Épiphanie…
– Le KSM, dans lequel une vingtaine de jeunes font découvrir les danses polonaises, avec des costumes traditionnels de Pologne, hauts en couleurs.
 Le groupe SLONECZKO (Petit Soleil) composé de trente tous petits danseurs, de 2 à 10 ans, qui se font les ambassadeurs de la communauté polonaise ricamandoise dans de nombreux spectacles de danses, autour de la région stéphanoise, y compris dans des résidences de personnes âgées, pour le plus grand bonheur de leurs parents. Plusieurs spectacles et animations sont ainsi créés de 1980 à 1995, c’est une période très active, pour la plus grande joie de la population de l’agglomération. Mais ainsi va la vie, et petit à petit, les anciens s’en vont, les enfants grandissent, les adolescents vont travailler ou faire du sport, et ils abandonnent les activités culturelles, ou bien vont renforcer les rangs des associations environnantes, notamment le groupe SYRENA situé à Roche-la-Molière.



 

 

 

 

23/04/1997 Arrivée délégation maiie de Pyskowice       

23/04/1997 Accueil par Mme Alicja WECEL, maire

 

23/04/1997 Jean RABESCO présente sa ville au Conseil Municipal

 

 

 

 

 

 

 

 

23/04/1997 Jean RABESCO fait son rapport au maire de La Ricamarie

 

En avril 1996, la nouvelle municipalité de LA RICAMARIE souhaite réaliser un jumelage avec une ville européenne, et plus particulièrement de Pologne, afin de rendre hommage à cette communauté qui a fortement œuvré pour le devenir de la ville. Jean RABESCO, alors maire adjoint, avait préparé le dossier avec le soutien du Consulat Général de Pologne à LYON. Enavril 1997, il est parti en délégation en Pologne,  afin de visiter une dizaine de villes candidates autour de KATOWICE, déjà jumelée avec Saint-ETIENNE. Sa délégation était composée de son épouse et de Mme et Mr GURBALA. Le choix ne fut pas facile, mais la ville dePYSKOWICE, située en Silésie, toute proche de KATOWICE (40 km) a été un véritable « coup de cœur » ! Oui, Jean RABESCO le confirme sur place et par téléphone au maire de La Ricamarie, un coup de  coeur, tant l’accueil qui leur fut réservé fut convivial, et sincèrement chaleureux, sans commune mesure avec les accueils précédents. Madame Alicja WECEL, maire de la ville, entourée par les membres de son Conseil municipal, avait tout mis en place pour assurer le succès de notre visite : des réunions de travail, des visites de lieux publics, d’entreprises, bref, tout cela avec beaucoup de simplicité, d’application et de sérieux, démontrant aux français qu’elle était à fond motivée pour réussir notre visite.  Le choix était donc fait pour le plus grand bonheur de la Communauté Polonaise ricamandoise. Des échanges de courriers ont suivi, puis le vote du conseil municipal ricamandois a entériné le choix. 

Le jumelage est officialisé le 3 mai 1998 à Pyskowice,

et le retour en septembre 1998 à La Ricamarie.

 

 

 

Contrecoup de ce jumelage, les sympathisants à la culture et à l’histoire polonaise se font de plus en plus nombreux dans l’Ondaine et surtout à La Ricamarie. Bruno BIELICKI, se sentant chaque jour de plus en plus fatigué, demande tout naturellement à Jean RABESCO de prendre sa place à la Présidence de l’association ACP. Le jour de l’Assemblée Générale annuelle, en janvier 2002, ce fut chose faite. Bruno passait la main à Jean RABESCO, mais il restait président honoraire. Bruno BIELICKI nous a quittés en mars 2003, après plus de 40 années de présidence (1960-2001).

JR BlogQui est le nouveau président Jean RABESCO, d’origine italienne, est né le 29 mai 1948 à Saint-AMBROIX (département du Gard) où ses parents sont venus s’installer en 1947, son père travaillait comme mineur de fond aux Houillères cévenoles (HBCM), au Puits de Molière-sur-Cèze. Puis, suite à des circonstances familiales, ses parents sont venus s’installer au Chambon Flles, car son père venait de trouver du travail aux usines Peugeot à Saint Etienne. Il termine son service militaire (1969-1970) comme sous-officier. Il entre comme Comptable au siège de CASINO, rue de la Montat à Saint Etienne. Il continue à étudier à l’Université de St Etienne pendant son temps travail (1971-1978), pour suivre la formation d’expert comptable qu’il obtient en 1979. Entre temps, il épouse le 8 janvier 1972, à La Ricamarie, Danièle MATUZESKY, née de parents d’origine polonaise. De cette union sont nés deux enfants :Céline (1980) et Rémi (1983).  

Depuis 1972, il s’est investi dans l’organisation, la gestion de la Communauté polonaise, aux côtés de Bruno BIELICKI, alors président. C’est une longue amitié qui a lié les deux hommes, au cours de laquelle des moments forts ont animé la vie paroissiale.  Jean RABESCO est  un président qui s’investit dans l’animation et l’organisation de cette communauté polonaise depuis plus de 40 années (1972-2013) L’association organise chaque année des animations de tout ordre : la Crèche à Noel, les Fêtes de Pâques, un concours de Belote au printemps, un concours de Pétanque, un spectacle avant les vacances d’été. Entre les années 1970 et 1990, les enfants étaient nombreux et, outre la Chorale des adultes animée par Félix ROLEWSKI, il y avait le groupe des adolescents du KSMP, et enfin les tous petits de SLONECZKO (Petit Soleil). Jean RABESCO a même géré la caisse paroissiale à la demande des prêtres qui se sont succédés jusqu’en  2002. Des souvenirs extraordinaires se sont greffés au sein de la population polonaise. Malheureusement, les photos et les vidéos nous manquent.

Pour compléter ce portrait, disons que Jean RABESCO est un élu municipal à La Ricamariedepuis mars 1989, qu’il a été premier adjoint de 1995 à 2001, en charge  des finances, de la sécurité et de la communication. C’est dans cette dernière délégation qu’il a réalisé le Jumelage avec PYSKOWICE (1997-1998). Son épouse Danièle et lui sont retraités, et les heureux grands parents de Arnaud (2009) et Jules (2012).

Le jumelage a occasionné un nouvel élan dans l’association, car beaucoup d’adhérents d’origine ‘française’ sont venus la rejoindre. C’est pourquoi, lors de l’AG en 2002, il fut décidé de changer les statuts et de donner une nouvelle appellation à l’association, pour devenir :

« ACFP : Association Culturelle Franco-Polonaise »

Aujourd’hui, l’ACFP assure la promotion de la culture polonaise par des actions telles que : Thé dansant, concours de Belote, conférence ou projection de film, voyage culturel et touristique, échanges familiaux avec les habitants de PYSKOWICE. Nos amis polonais, qui ont aussi créé leur association la :

« PTPPF : Pyskowic Towarzystwa Przyjazni Polsko-Francuskiej »
(Association de Pyskowice pour l’Amitié Polako-Française)

    Visites

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Culturelle Franco- Polonaise Ondaine Loire